Résultats des Rendez-vous aux jardins 2013

Rendez-vous aux Jardins 2013 : un beau succès !

Près de 1000 visiteurs se sont pressés au château des  Arcis les 1er et 2 juin !  Le printemps a été de notre côté, avec un temps doux  et du soleil, permettant aux peintres de travailler sans souci toute la journée du dimanche. Les enfants ont réalisés de très beaux dessins. L’orangerie était pleine de monde, venu admirer les tableaux d’Eva Gohier, de Marie Line Fourmont et de Chris et ses élèves.

Voici donc les résultats de nos concours :

– Aquarelle : Madame Monique Sauvé

– Pastel : Hors concours : Chris, tableau le plus original : Albert Sourty, 1er prix : Françoise Houdu, 2ème prix :Claudine Morel, 3ème prix :Maggy Guillaumin, Prix « jeune » : Melvin Sauvage

– Dessin : Bertille Boisseau

– Dessins d’enfants : 1er prix : Baptiste, 2ème prix : Julien, 3ème prix : Océane du

– Ecriture : enfants : Arnaud, 8ans, 1er prix conte : Lucette Cossé, 2ème prix : conte et poème « artistique » : Anne Christine Koller, 3ème prix ex aequo, poèmes : Gaelle et Elisabeth,  conte « philosophique » : Louis

Un petit bémol, dont nous nous excusons : le parking dimanche après-midi, il a fallu être patient ! nous n’avions pas prévu une telle affluence, nous ferons mieux la prochaine fois !

Un très grand merci : tout d’abord à l’association Arts Maine, sans qui tout cela n’aurait pas pu avoir lieu. Ensuite à la mairie de Meslay pour son aide logistique, à tous nos sponsors grâce à qui nous avons pu distribuer de nombreux prix, et enfin à vous tous qui êtes venus si nombreux et de si bonne humeur !

A la suite de ce texte différentes œuvres

Les fleurs de mon jardin ( Arnaud, 8 ans)

 

Dans mon jardin, j’ai trouvé une pâquerette,

Avec sa petite tige verte, avec sa jolie tête jaune et sa couronne blanche.

 

Dans mon jardin, j’ai trouvé des roses.

Des roses rouges comme le sang qui coule,

Des roses blanchse comme la neige avec laquelle les enfants font boules et batailles,

Des roses jaunes comme le soleil qui brille au dessus de ma tête.

 

Dans mon jardin, j’ai trouvé de belles tulipes.

Des tulipes aux couleurs flamboyantes,

Et surtout des tulipes ressemblant aux reines des pays du monde.

 

Alors je me mets à rêver, et je rêve de pâquerettes à cœurs blancs et couronnes d’or,

à des roses vertes, vertes comme la pelouse où je me suis mis à rêver,

à des tulipes aux têtes renversées…

Le printemps a disparu!  (Elisabeth)

 

En ce joli moi de mai

Grand émoi dans le jardin

Le printemps a disparu!

Où a t-il pu se cacher?

Les iris secrètement

Disent qu’il est aller courir

Vers une autre hémisphère

Pour suivre un oiseau moqueur

Qui lui aurait juré promis

Que dans ces contrées lointaines

Il serait éternel…

Las en notre beau pays de France

Qu’il nous manque le printemps!

Et s’il savait comme on l’attend

Qu’il serait fier et content!

Trop fier peut-être?

Mais qu’importe voyez-vous

Car on l’aime quand il rayonne.

Mais déjà une hirondelle

m’annonce que désenchanté

IL revient pur réveiller

Plantes, arbustes, canopées

Et tel un prince charmant

Les fleurs de tous les jardins

Dès le premier jour de juin!

 

 

Potager en délire

 

Tous les légu-mes

Au clair de lu-ne

Étaient en train de s’amuser …er .

Dans le potager, l’été commence dans la bonne humeur générale, la fête bat son plein. C’est vrai la nuit est si belle, si douce, sans crainte de la lune rousse, cette tueuse qui vous glace les os (pardon les tiges).

 

Trois potirons, tournaient en rond…

Et les choux-fleurs se trémoussaient avec ardeur…

 

Il faut bien que jeunesse se passe ! À part quelques poireaux et deux ou trois choux vénérables rescapés de l’hiver,  ce sont tous des primeurs ici.

– Oh, j’ai une idée,  s’écrie un bel artichaut fringant au sommet de sa tige, on pourrait élire le roi du potager.

– Ou la reine !  Proteste la courgette, espèce de macho !

– Pardon, très chère, je ne voulais pas vous blesser ! Donc, il faut que chacun vante ses mérites et puis nous voterons, qui commence ?

– Moi, dit le potiron, voyez, je suis un gros légume, donc le plus beau, regardez mes belles couleurs orangées, ma panse rebondie, sans parler de ma chair succulente. De plus, je termine ma vie en beauté pour les fêtes d’Halloween, ne suis-je pas à l’honneur ?

– Oh le vantard ! s’écrie le chou, tu n’es pas le seul à être imposant, je suis moi aussi majestueux, et décoratif avec mes belles feuilles vernissées et luisantes disposées en couronne. Je résiste bien au gel et j’ai encore une qualité à ne pas oublier, vous savez bien, c’est moi qui produit les bébés humains…

– Les garçons uniquement, pour les filles c’est moi.

– Oh, toi la rose, tu ne joues pas,  tu ne fait pas partie du potager il me semble !

– Bon, d’accord, mais ne dites pas trop de sornettes quand même.

 Continuons, dit la courgette, je suis modeste moi, pas comme certains, et pourtant je vous laisse contempler mes belles fleurs jaunes, mes immenses feuilles veloutées, la peau de mon fruit, lisse, tendue, veinée et ma chair tendre fait les délices des repas d’été.

– Oh pardon, c’est moi qui suis sur toutes les tables en été, parce que je suis belle et bonne, il n’y a qu’à me regarder, me sentir, me toucher dit la tomate en rougissant.

– Parlons-en de ton parfum ! Tu devrais changer d’eau de toilette ma grande, c’est un peu gênant pour les autres, et arrête de piquer un fard, je dis cela pour ton bien. Ainsi moi, l’aubergine, ta voisine, ma couleur est certes plus discrète mais cependant plus  élégante que la tienne, ce rouge, c’est d’un vulgaire, et au moins je n’empeste pas, si vous voyez ce que je veux dire, dit-elle en se pinçant le nez…

– Arrêtez de vous chamaillez, dit l’artichaut, je vous trouve séduisantes et désirables toutes les deux, mais c’est à mon tour de plaider. Vous conviendrez que ma fleur a de quoi  plaire  et je suis très chaleureux, mon cœur vous le savez…

– Cœur d’artichaut ! Hi hi  hi…arrêtez vos salades dit la laitue, c’est bien moi qui suis la reine des vinaigrettes, croquante à souhait, fraîche et vitaminée…

– Oh, toi, la grosse blonde paresseuse*…, ah ah  ah … elle est bonne celle-là ! Rira bien qui rira le dernier.

Avec cette réponse vengeresse de l’artichaut la pauvre laitue se renfrogne à l’intérieur de ses feuilles, on ne l’entendra plus de la soirée. L’ambiance est tendue et la fête pourrait bien finir en eau de boudin ou en soupe à la grimace.

– Je ne me suis pas encore exprimé dit le haricot, et pourtant, mes frères seront d’accord avec moi si j’affirme que nous sommes très productifs et que nos qualités gustatives nous placent au premier rang des repas les plus fins et, si nous sommes absents en hiver…

– C’est la fin des haricots !

– Ail ail ail ! Arrêtez de plaisanter. Oui c’est moi l’ail, enfin les aux devrai-je dire, oui les aux répètent tous en chœur les aux, nous sommes tous égaux, des clones enfin.Nous sommes les meilleurs condiments, à l’arôme puissant qui fait de nous, les rois de la cuisine provençale.

– Si vous êtes déjà rois retirez-vous de la compétition.

Rire général, suivi d’un silence embarrassant. C’est alors qu’un étrange chœur de voix assourdies se fait entendre, comme venant des entrailles de la terre :

 
Tubercules et racines

L’underground du potager

Nous sommes tous victimes

D’un racisme caractérisé.

 

C’est la carotte qui clame son indignation:

– C’est vrai quoi, il n’y en a que pour les plantes d’en haut, et les plantes d’en bas alors ?  Pommes de terre, radis, carottes, navets on compte pour des prunes ! Imaginez donc un pot-au feu sans notre présence hein ?

Interloqués, les prétendants essaient de se rattraper, et c’est encore l’artichaut qui propose aimablement:

– Bien sûr, vous pouvez aussi être élus, mais décidément, nous ne nous en sortirons pas, trop de candidats. Essayons de trouver un arbitre intègre et habitué du potager. Ah voilà un hérisson, hep vous là-bas approchez, oh le froussard, il se met en boule ! La taupe ?… avec sa mine de déterrée, non.

– Moi je veux bien ! dit une petite voix.

– Qui parle ? Ah je vois, laissez moi rire, un misérable ver de terre qui se tortille à mes pieds. Alors comme ça, il paraîtrait que tu es amoureux d’une étoile, laquelle dis- nous ?

– Oh, ne vous moquez pas de moi parce que, d’abord je ne suis pas n’importe quel ver, mais un Lombric pour vous servir, et de plus je suis bien placé pour examiner vos qualités et vos défauts car je suis là au sous-sol près de vos racines que je nourris d’ailleurs. Ainsi la terre mâchée par votre serviteur est-elle fine et  digeste. Eh oui, sans moi ce serait la famine, je suis un pro du recyclage tout ce qu’il y a de biologique. Ceci étant dit, je ne vous comprends pas, pourquoi voulez-vous nommer un roi, hein ?

N’êtes vous pas bien ainsi, réfléchissez, il fera de vous ses esclaves alors que vous êtes libres et heureux,  riches de vos différences…

– Épargne-nous tes clichés libertaires Lombric, dit le potiron, mais dans le fond tu as raison l’ami, merci pour ta coopération. Allez viens faire la fête avec nous, la lune nous est favorable, grimpe sur mon dos ainsi tu pourras contempler ton étoile. Allez tous en chœur vous autres :

                      Trois potirons, tournaient en rond…

 *la grosse blonde paresseuse est une variété de laitue

 

 

Pétale                       pétale                          pétale

Pétale             pétale             pétale

Pétale         pétale          pétale

Pétale         pétale          pétale

Pétale         pétale          pétale

Pétale         pétale          pétale

Pétale         pétale          pétale

Pétale         pétale          pétale

Pétale         pétale          pétale

Pétale         pétale          pétale

Pétale         pétale          pétale

                                                                                                   Pétale         pétale

Pédoncule

pédoncule

t

i

                 gfeuille

       feuille feuille

t

i

                                                 g

                               feuillefeuille

pot terre eau pot eau terre terre terre terre eau pot eau terre pot

   p                   amour  attentions amour                 p

    o               c               c                          a               o

   t               i             i                           c               t

    p             n            n                           I              p

      o           e         e                      n             o

      t                                             e         t

                    pot pot pot pot pot pot pot pot po

 

 

 

 

 


2 avril 2014Lien Permanent